Béquilles-Muletas

Eugenio Trías disait que le sinistre constitue la condition et la limite de la beauté. Qu’il ne peut pas y avoir d’effet esthétique sans que le sinistre soit présent dans l’œuvre, mais il prévient que parfois la révélation du sinistre détruit l’effet esthétique*. Et c’estprécisément à travers cette fine ligne rouge, marquée par une forte dualité, que Béquilles circule.

En fait, les béquilles possèdent, dans un aparté conceptuel, une charge symbolique opposée, d’un côté elles sont l’image sans équivoque de l’infortune et d’un autre côté, elles possèdent un caractère bienfaisant d’aide. Ainsi, Béquilles flirte avec le pouvoir attractif et troublant des ambivalences puisqu’il insinue et suggère sans arriver à montrer, faisant siennes les célèbres citations de Mallarmé et Robert Doisneau**.

 

* Voir Trías, E. Lo Bello y lo Siniestro. Barcelona, DeBolsillo, 2006.
** Définir c’est tuer, suggérerc’est créer de Mallarmé et découvrir c’est détruire, suggérer c’est créer de Robert Doisneau.

Fiche technique

Bois, toile, découpe et spray

167 x 54 x 38 cm

2017