Bouée-Boya

« Pour comprendre une société, je commence à parcourir les magasins de babioles et les vide-greniers. Pour moi c’est une forme d’éducation et orientation historique. Je peux voir les résultats des idées dans les rebuts d’une culture »*. De cette manière Edward Kienholz s’exprimait en 1970 et nombreux sont les artistes, dont le propre Reyes, qui trouvèrent entre les objets obsolètes de notre société les réponses aux questions que Gauguin posait. C’est-à-dire : d’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Et Où allons-nous ?**.

Bouée réunit un congloméré d’éléments récupérés par Reyes qui, articulés comme un charriot délabré, dialoguent en créant une mer de géométrie capricieuse. Dans Bouée, à différence d’autre charriots et engins de Reyes, celui-ci ne se présente pas devant nous calme et statique, mais à travers une violente torsion il lutte pour rester debout, défiant ainsi une gravité invraisemblable.

 

* VVAA . Art du XXIème siècle. II Volumes. Colonia, Taschen, 2005. Pag.509.

** La citation fait référence au titre de l’œuvre que Gauguin réalisa en 1897 durant sa seconde étape tahitienne.

Fiche technique

Objets divers, acrylique, crayon et spray

180 x 145 x 23 cm

2017