Sonnette-Timbre

Nous avons mis en évidence en diverses occasions comment l’œuvre de Reyes pouvait adhérer à ces traditions artistique-assemblages, readymades ou Nouveau Réalisme d’artistes comme Arman, Cesar ou Tinguely-où l’objet réal substitue l’illusoire et la séparation entre l’art et la vie se dilue. Cependant, Sonnette semble revisiter des propositions, a priori si divergentes de l’idéologie du propre artiste, comme les minimalistes.

L’utilisation de matériaux industriels constitue un des principes de base du minimalisme. L’utilisation de ceux-ci octroie à l’œuvre une apparence antiartistique, tant qu’ils manquent de connotations de beauté, pureté ou naturalité et surtout, parce qu’ils ont été produits sans la participation de l’artiste et sans appartenir à la tradition artistique*. Dans Sonnette, Reyes utilise des matériaux industriels de manière analogue aux minimalistes, mais à la différence de ceux utilisés para les artistes comme Donald Judd ou Carl Andre, ceci n’ont pas été créés ex profeso mais ont été récupérés et réutilisés.

D’en autre côté, les neufs planches qui forment Sonnette, s’apparentent à un autre principe élémentaire comme celui de la répétition de l’identique. Cette répétition, comme dirait Josep Maria Montaner, libère une grande quantité d’énergie et, en même temps, produit un effet de profonde gène, d’obsession et d’angoisse. La répétition de l’identique, continue Montaner, élimine la hiérarchie, le centre, la narrativité et le monumentalisme**. Néanmoins, Reyes combat ici une partie de cette perte à travers la disposition d’une inquiétante sonnette qui centralise une partie de notre attention.

De plus, se retrouve dans Sonnette plusieurs des inquiétudes et pulsions les plus reconnaissable de l’œuvre de Reyes. Parmi elles, se démarque la revalorisation des empreintes du temps. Sur l’incorruptible métal, égratignures, coups et restes de ciment conforme une carte où la trace laissé sur le chemin et encore reconnaissable. Sonnette, comme Ítaca, le célèbre poème de Kavafis, se régale de sa traversée sans prêter attention à sa destination.

 

* Voir : Pérez Carreño, F. Arte minimal. Objeto y sentido. La Balsa de la Medusa, Madrid, 2002. Pag. 134.
** Voir: Montaner, J.M. La modernidad superada. Arquitectura, arte y pensamiento del siglo XX. GG, Barcelona, 2002. Pag. 194.

Fiche technique

Fer, bois, ciment et spray

150 x 150 x 12 cm

2015